Epiphanie (prose parisienne de l’)

HISTOIRE – Cette prose (ou séquence) est entrée au missel de Paris de 1685, elle s’est diffusée ensuite rapidement dans beaucoup de diocèses français avec la propagation du rit parisien au XVIIIème siècle. Nous la donnons ici avec la traduction du Missel de Paris latin-français, 1764.

Ad Jesum accurite
Corda vestra subdite
Regi novo Gentium.

Prosternés aux pieds de Jésus, venez en foule soumettre vos cœurs à ce nouveau Roi des Gentils.
Stella foris prædicat,
Intus fides indicat
Redemtorem omnium.

L’étoile qui frappe les yeux, marque l’endroit où il est né; mais la foi qui anime les cœurs, apprend à le reconnaître pour le Rédempteur de tous les hommes.
Huc afferte munera
Voluntate libera,
Sed munera cordium.

Empressez-vous de lui apporter des présents ; mais que ce soient les présents de vos cœurs
Hæc erit gratissima
Salvatori victima
Mentis sacrificium.

C’est là le plus agréable sacrifice que vous puissiez offrir au Sauveur.
Offert aurum caritas,
Et myrrham austeritas,
Et thus desiderium.

Offrez-lui l’or d’une charité pure, la myrrhe d’une vie pénitente, & l’encens de vos saints désirs.
Auro Rex agnoscitur,
Homo myrrha, colitur
Thure Deus Gentium.

L’or est l’hommage rendu à sa royauté, la myrrhe une preuve de son humanité, & l’encens une marque du culte souverain qui est dû à sa divinité.
Judæa, gaudentibus
Non invide Gentibus
Relectum mysterium.

Juifs, n’enviez point aux Gentils la connaissance qui leur est donnée de ce divin mystère.
Post custodes ovium,
Se Magi fidelium
Jungunt in consortium.

Les mages suivent de près les bergers, & viennent se joindre à cette bienheureuse troupe des premiers fidèles.
Qui Judæos advocat
Christus Gentes convocat
In unum tugurium.

Jésus-Christ
appelle à soi les Gentils comme les Juifs, & rassemble
ces deux peuples dans une même crêche.
Bethléem fit hodie
Totius Ecclesiæ
Nascentis exordium.

Bethléem devient aujourd’hui le berceau de toute l’Eglise naissante.
Regnet Christus cordibus,
Et victis rebellibus
Proferat imperium. Amen.

Que Jésus règne dans nos cœurs; & qu’après avoir vaincu ses ennemis rebelles, il étende partout son empire. Amen.

MUSIQUE – La mélodie, du 1er ton, reprend celle d’une vieille prose du XIIème siècle. Le rythme est mesuré, ternaire. Le second ut des versets 3 & 4 (Ut afferte munera / Hæc erit gratissima) est altéré en ut dièse (altération de la sensible) dans certains diocèses français. La musique que nous donnons ici provient des livres du propre de Paris publiés au XIXème siècle sous le cardinal Richard, après le passage au rit romain :

Prose de l'Epiphanie - Ad Jesum accurite

Ce contenu a été publié dans Etudes liturgiques, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.