Marc-Antoine Charpentier – Iesu corona virginum (H. 53)

Marc-Antoine Charpentier (1643 † 1704), maître de la musique de Marie de Lorraine, duchesse de Guise, du Dauphin, fils de Louis XIV, des Jésuites & de la Sainte Chapelle.
Iesu corona virginum (H. 53).
2 voix égales (SS), flûte & basse continue.
5 pages.

Cette hymne mise en musique par Charpentier vraisemblablement pour des religieuses constitue l’hymne des vêpres du commun des vierges.

Le texte – admirable – en est de saint Ambroise de Milan, au IVème siècle. Il s’agit donc de l’une des plus anciennes hymnes de l’office divin occidental. En voici le texte & la traduction :

Jesu, coróna Vírginum,
Quem mater illa cóncipit,
Quæ sola Virgo párturit :
Hæc vota clemens áccipe.
  Jésus, couronne des Vierges,
Conçu de la seule Mère
Qui demeura toujours Vierge,
Agréez ces prières avec bonté.
Qui pascis inter lília,
Septus choréis Vírginum,
Sponsus decórus glória,
Sponsísque reddens præmia.
  Vous qui paissez parmi les lis,
Dans l’enclos du chœur des Vierges,
Epoux éclatant de gloire,
Qui donne la récompense à vos épouses.
Quocúmque pergis, Vírgines
Sequúntur, atque láudibus
Post te canéntes cúrsitant,
Hymnósque dulces pérsonant.
  Partout où vous allez, les Vierges vous suivent ; elles s’empressent à votre suite en chantant des louanges et en interprétant des hymnes mélodieuses.
Te deprecámur, súpplices,
Nostris ut addas sénsibus,
Nescíre prorsus ómnia
Corruptiónis vúlnera.
  Nous vous supplions humblement :
Faites que désormais
Nos sens ignorent les blessures
Corruptrices du péché.
Laus, honor, virtus, glória
Deo Patri, & Fílio,
Sancto simul Paráclito,
In sæculórum sæcula. Amen.
  Louange, honneur, puissance, gloire
A Dieu le Père, & au Fils,
De même qu’au Paraclet Saint,
Dans les siècles des siècles. Amen.

Les strophes impaires sont confiées aux deux dessus, elles pourront au besoin être chantées en chœur. Les strophes paires sont clairement attribuées à deux solistes. Si celles-ci venaient à manquer, les strophes impaires pourraient alterner avec le plain-chant aux strophes paires, Charpentier ayant choisi cette tonalité d’Ut Majeur vraisemblablement pour s’accorder au plain-chant ordinaire en France de cette hymne, et non pour cadrer avec son tableau d’énergie des modes (Ut majeur est pour lui « gai & guerrier », ce qui ne correspond guère à l’écriture ni au propos ici) ; on trouvera un exemple de plain-chant parisien sur notre site.

Les premières mesures de cette partition :

Marc-Antoine Charpentier : Iesu Corona Virginum (H. 53)

Téléchargez la partition moyennant un « Like » sur les réseaux sociaux, en cliquant sur l’un des 4 boutons ci-dessous. Le lien vers la partition apparaîtra ensuite.