Te sancte, rursus, Ludovice, prælia – Hymne des secondes vêpres de saint Louis – chant traditionnel

L’hymne Te sancte, rursus, Ludovice, prælia forme l’hymne des secondes vêpres de saint Louis au propre de Paris (et de beaucoup d’autres diocèses français qui ont suivi les usages parisiens pour la fête du saint roi). Cette hymne fut écrite par le grand érudit Isaac Habert (1598 † 1668), docteur de la Sorbonne, chanoine & théologal de Notre-Dame de Paris, prédicateur du roi de France, grand adversaire du jansénisme, qui devint évêque de Vabres (dans le comté de Toulouse) en 1645. Le texte de cette hymne entra au bréviaire parisien de 1643, où il prit la place de l’hymne Gaude mater Ecclesia lequel remontait au XIVème siècle et servait jusqu’alors pour les Ières & IIndes vêpres. Nous en donnons ici le chant traditionnel, avec les indications rythmiques & les altérations des sensibles présentes dans les anciennes éditions parisiennes des XVIIème & XVIIIème siècles. La traduction que nous fournissons après le chant est tirée du Diurnal de Paris de 1738.

Hymnes des vêpres de saint Louis - rythme traditionnel

Te sancte, rursus, Ludovíce, prǽlia
Divína poscunt : tu crucis clavum tenens,
Speíque sacras ánchora fundans rates,
Moves tyránnis bella, Christo mílitas.
De nouveaux combats, ô saint Roi, vous appellent pour la gloire du vrai Dieu : vos vaisseaux ont la croix pour gouvernail, l’espérance chrétienne leur tient lieu d’une ancre inébranlable : c’est ainsi qu’enrôlé sous l’étendard de Jésus-Christ, vous allez de nouveau porter la guerre aux infidèles.
Vincis cadéndo : mors tibi victóriam
Aufert et addit : corpus hic palmæ tegunt
Nondum sepúltum ; sed triúmpho nóbili
Cœlum parátur, & corónis sídera.
Vous triomphez en mourant : la mort vous ôte & vous assure la victoire : encore sans sépulture sur le rivage barbare, votre corps est couvert de vos lauriers ; mais le ciel vous offre un triomphe plus glorieux, & les astres une couronne immortelle.
Tuus patérnæ rédditus terræ cinis
Regnum tuétur, dum throno præsens Dei,
Ætérna regnans pascis inter lília,
Favénsque blando nostra cernis lúmine.
Vos cendres, rendues à votre patrie, protègent le royaume ; pendant que votre âme, dans le sein de Dieu, se repose parmi des lys immortels, d’où vous jetez sur vos Français un regard favorable.
Sit Trinitáti sempitérna glória,
Honor, potéstas, atque jubilátio,
In unitáte, quæ, gubérnans ómnia,
Per cuncta regnat sæculórum sǽcula.
Amen.
Gloire, louange, honneur au Dieu unique en trois personnes, le souverain arbitre de l’univers, qui vit & règne dans tous les siècles des siècles. Amen.

 

Laisser un commentaire