3 août 1914 – 3 août 2014 : la sainte messe dans la Première Guerre mondiale

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclarait la guerre à la France, l’Europe entrait alors dans 4 années d’une terrible boucherie qui décima les croyants dans tous les camps, éliminant la jeunesse vive de milliers de villes & villages, causant la perte d’une part notable des élites chrétiennes européennes. En mémoire de ce funeste centenaire, voici quelques photographies qui témoignent de la foi de ces hommes au milieu de l’horreur du front.

Souvenons-nous.

Requiem æternam dona eis Domine, & lux perpetua luceat eis.

La messe sur le front durant la Grande Guerre
« Car le Seigneur jugera son peuple, et se laissera fléchir aux prières de ses serviteurs. »
Psaume 134, 14.
Photo : La messe sur le front en France pendant la Première Guerre mondiale.

La messe au front pour les troupes françaises - New York Times du 14 février 1915
« J’ai été assiégé par les douleurs de l’enfer ; et les filets de la mort m’ont enveloppé. »
Psaume 17, 6.
Photo : la messe au front pour les troupes françaises – New York Times du 14 février 1915.

1915 - Une messe à la 43e batterie du 29e régiment d'artillerie entre Oostduinkerke et Nieuport
« Je vous aimerai, Seigneur ! vous ma force. Le Seigneur est mon ferme appui, mon refuge, et mon libérateur. »
Psaume 17, 2.
Photo : 1915 – Une messe à la 43e batterie du 29e régiment d’artillerie entre Oostduinkerke et Nieuport.

La sainte messe pour les troupes françaises sur le front de Champagne en 1915 - Collection Odette Carrez
« Mes yeux se sont affaiblis à force d’être attentifs à votre parole, vous disant sans cesse : Quand me consolerez-vous ? »
Psaume 118, 82.
Photo : la sainte messe pour les troupes françaises sur le front de Champagne en 1915 – Collection Odette Carrez.

1915 - le sous-lieutenant Pape (sic !) dit la sainte messe pour le 262ème régiment d'infanterie. Photographie d'Henri Terrier (1887 † 1918). Musée de l'Armée, Paris
« Le Seigneur donnera la force à son peuple : le Seigneur bénira son peuple en lui donnant la paix. »
Psaume 28, 11.
Photo : 1915 – le sous-lieutenant Pape (sic !) dit la sainte messe pour le 262ème régiment d’infanterie. Photographie d’Henri Terrier (1887 † 1918). Musée de l’Armée, Paris.

Des troupes allemandes assistent à la messe dans la cathédrale belge d'Anvers - New York Times du 21 mars 1915
« Vous serez le sujet de mes louanges dans une grande assemblée ; je rendrai mes vœux à Dieu en présence de ceux qui le craignent. »
Psaume 21, 26.
Photo : des troupes allemandes assistent à la messe dans la cathédrale belge d’Anvers – New York Times du 21 mars 1915.png

Des soldats autrichiens reçoivent la bénédiction du Saint-Sacrement en 1915 en Galicie russe
« C’est au Seigneur qu’appartient le salut ; daignez sur votre peuple répandre votre bénédiction. »
Psaume 3, 9.
Photo : des soldats autrichiens reçoivent la bénédiction du Saint-Sacrement en 1915 en Galicie russe. New York Times du 23 mai 1915.

Un prêtre russe célèbre la divine liturgie en 1915 pour les troupes russes - The War Illustrated Album DeLuxe, Vol. 1; Amalgamated Press, London, 1915
« J’invoquerai le Seigneur en le louant : et il me sauvera de mes ennemis. »
Psaume 17, 4.
Photo : un prêtre russe célèbre la divine liturgie en 1915 pour les troupes russes, les soldats ont formé un chœur qui chante la liturgie à côté de l’autel. The War Illustrated Album DeLuxe, Vol. 1 ; Amalgamated Press, London, 1915.

Un prêtre dit la messe pour les troupes italiennes dans les montagnes du Tyrol - New York Times du 27 février 1916
« J’ai levé mes yeux vers les montagnes d’où viendra mon secours. »
Psaume 120, 1.
Photo : un prêtre dit la messe pour les troupes italiennes sur le front italo-autrichien dans les montagnes du Tyrol – New York Times du 27 février 1916.

1916 - Prestation de serment des soldats du corps expéditionnaire russe au Mont-Athos
« Vos enfants seront appelés le peuple saint, la face rachetée par le Seigneur ; et vous ne serez plus appelée la ville abandonnée, mais la ville recherchée et chérie de Dieu. »
Isaïe 63, 12.
Photo : avril 1916 – Prestation de serment des soldats du corps expéditionnaire russe et vénération d’une icône & de la croix au monastère de Saint-Pantaleimon, Mont-Athos, Grèce. Photographe : Dubray.

Au camp Mirabeau près de Marseille, les hommes du premier régiment de la première brigade russe posent aux côtés de leur drapeau, orné du visage du Christ et frappé de la devise tirée d'Isaïe
« Dieu est avec nous. »
Isaïe 8, 10.
Photo : avril 1916 – au camp Mirabeau près de Marseille, les hommes du premier régiment de la première brigade russe posent aux côtés de leur drapeau, orné du visage du Christ et frappé de la devise tirée d’Isaïe et chantée aux grandes complies byzantines, en particulier le jour de Noël : С нами Бог – Dieu est avec nous.

Avril 1916 - Réunis sur la place d'armes du camp Mirabeau, près de Marseille, les hommes de la première brigade russe reçoivent la bénédiction du Pope avant leur départ pour le front
« Je sais que Dieu est mon Sauveur : j’agirai avec confiance, et je ne craindrai point ; parce que le Seigneur est ma force et ma gloire, et qu’il est devenu mon salut. »
Isaïe 12, 2.
Photo : avril 1916 – réunis sur la place d’armes du camp Mirabeau, près de Marseille, les hommes de la première brigade russe reçoivent la bénédiction du père Okouneff, aumônier du régiment, avant leur départ pour le front.

Réunis sur la place d'armes du camp Mirabeau, près de Marseille, les troupes du deuxième régiment de la première brigade d'infanterie russe fêtent Pâques célébrée par le père Okouneff, aumônier du régiment
« Le Seigneur est devenu le refuge du pauvre ; et il vient à son secours lorsqu’il en a besoin, et qu’il est dans l’affliction. »
Psaume 9, 10.
Photo : avril 1916 – Réunis sur la place d’armes du camp Mirabeau, près de Marseille, les troupes du deuxième régiment de la première brigade d’infanterie russe fêtent Pâques, la divine liturgie étant célébrée par le père Okouneff, aumônier du régiment. Les soldats ont formé un chœur qui chante la liturgie à côté de l’autel.

Voiture-chapelle Renault dédié à sainte Elisabeth, offerte par un homme d'affaire d'Anvers pour servir auprès des troupes belges
« Le sacrifice de louange est celui par lequel l’homme m’honore ; et c’est là la voie par laquelle je lui montrerai le salut de Dieu. »
Psaume 49, 23.
Photo : 1916 – voiture-chapelle Renault dédiée à sainte Elisabeth, offerte par un homme d’affaire d’Anvers pour servir auprès des troupes belges.

Des soldats français assistent à la messe avant d'aller à la bataille - Source = Vive la France - William Heinemann, Londres, 1916
« En ce temps-là l’homme s’abaissera devant celui qui l’a créé, il jettera les yeux sur le Saint d’Israël »
Isaïe 17, 7.
Photo : des soldats français assistent à la messe avant d’aller à la bataille – Source : Vive la France – William Heinemann, Londres, 1916.

La messe dans un hôpital militaire autrichien en 1916
« Ayez pitié de moi, Seigneur ! parce que je suis faible : Seigneur ! guérissez-moi, parce que mes os sont tout ébranlés. »
Psaume 6, 3.
Photo : la messe dans un hôpital militaire autrichien en 1916.

Le RP Doncœur, SJ célébre la messe à son autel dans les carrières de Confrécourt - Soissonnais
« Vous n’aurez plus le soleil pour vous éclairer pendant le jour, et la clarté de la lune ne luira plus sur vous ; mais le Seigneur deviendra lui-même votre lumière éternelle, et votre Dieu sera votre gloire. »
Isaïe 60, 19.
Photo : un prêtre, probablement le fameux R.P. Paul Doncœur, s.j., célèbre la messe à un autel – surnommé l’autel du Père Doncœur – creusé dans la Carrière du 1er Zouave, dans les carrières de Confrécourt dans le Soissonnais. Paul Doncoeur est un jésuite qui devint aumônier militaire en 1914. Il participa aux batailles de la Marne, de l’Aisne, de Champagne et de Verdun. Il fut grièvement blessé dans la Somme. Par la suite, il rejoint ces régiments pour les combats de Reims, des Flandres. Sa bravoure et son dévouement pour assurer une sépulture chrétienne aux soldats morts au champ d’honneur, lui vaudront une renommée immense : sept citations, la croix de guerre, la légion d’honneur. Cet autel fut sculpté par les 35e et 298e régiments d’infanterie en 1914. Il est écrit au dessus une inscription patriotique : « Dieu protège la France ». A droite, un escalier permettait d’accéder directement aux premières lignes.

Messe célébrée pour des prisonniers de guerre autrichiens - Illustrated War News, Vol. 1, Illustrated London News and Sketch, London, 1916
« Dans mon affliction j’ai invoqué le Seigneur, et j’ai poussé mes cris vers mon Dieu. »
Psaume 17, 7.
Photo : messe célébrée pour des prisonniers de guerre autrichiens – Illustrated War News, Vol. 1, Illustrated London News and Sketch, London, 1916.

Un aumônier prêche dans une église française transformée en hôpital
« Mais pour moi, je crie vers vous, Seigneur ! et je me hâte de vous offrir dès le matin ma prière. »
Psaume 87, 14.
Photo : un aumônier prêche dans une église française transformée en hôpital.

Messe dite dans la région de Soissons pour les troupes
« Ce qui m’a consolé dans mon humiliation, c’est que votre parole m’a donné la vie. »
Psaume 118, 50.
Photo : messe dite dans la région de Soissons pour les troupes.

La messe au front
« J’ai connu quel a été votre amour pour moi, en ce que mon ennemi ne se réjouira point sur mon sujet. »
Psaume 40, 12.
Photo : la messe au front.

Des soldats français entendent la messe dite dans une chapelle de tranchées - New York Times du 25 février 1917
« Offrez un sacrifice de justice, et espérez au Seigneur. »
Psaume 4, 6.
Photo : des soldats français entendent la messe dite dans une chapelle de tranchées – New York Times du 25 février 1917.

mars 1917 - M. l'Abbé Louis Lenoir (1882-1917), aumônier militaire au 4e régiment d'infanterie coloniale, célébrant la sainte messe pour ses troupes à Gravena (Macédoine grecque), peu de temps avant sa mort en mai 1917
« Venez, et voyez les œuvres du Seigneur, les prodiges qu’il a fait paraître sur la terre, en faisant cesser les guerres jusqu’au bout de l’univers. Il brisera l’arc, et mettra les armes en pièces ; et il brûlera les boucliers dans le feu. »
Psaume 45, 9.
Photo : mars 1917 – M. l’Abbé Louis Lenoir (1882-1917), aumônier militaire au 4e régiment d’infanterie coloniale, célébrant la sainte messe pour ses troupes à Gravena (Macédoine grecque), peu de temps avant sa mort en mai 1917.

messe sur le front italien en 1917
« Détournez-vous du mal, et faites le bien : recherchez la paix, et poursuivez-la. »
Psaume 33, 15.
Photo : messe sur le front italien en 1917.

Des prisonniers de guerre austro-hongrois assistent à la sainte messe dans un camp de prisonniers de guerre en Italie en 1917
« Tirez mon âme de la prison où elle est, afin que je bénisse votre nom : les justes sont dans l’attente de la justice que vous me rendrez. »
Psaume 141, 8.
Photo : des prisonniers de guerre austro-hongrois assistent à la sainte messe dans un camp de prisonniers de guerre en Italie en 1917. British Library.

Abbé Even, aumônier de la 51ème division, casque militaire
« Souvenez-vous de votre parole en faveur de votre serviteur, qui est le fondement de l’espérance que vous m’avez donnée. »
Psaume 118, 49.
Photo : l’Abbé Even, aumônier de la 51ème division. Photographié le 10 septembre 1917 par Paul Castelnau (1880 † 1944). Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, Paris.

Autel de campagne en 1917
« Tous les troupeaux de Cédar se rassembleront en vous, les béliers de Nabajoth seront employés pour votre service : on me les offrira sur mon autel comme des hosties agréables, et je remplirai de gloire la maison de ma majesté. »
Isaïe 60, 7.
Photo : autel de campagne pour la messe en plein air installé à l’arrière d’une voiture attelée en 1917. Photographe : Georges Pila.

22 juin 1918 - bénédiction des drapeaux polonais dans le bois de Beaulieu, Aube - photographe - Auguste Goulden
« Habitants du monde, vous tous qui demeurez sur la terre, lorsque l’étendard sera élevé sur les montagnes, vous le verrez, et vous entendrez le bruit éclatant de la trompette. »
Isaïe 18, 3
Photo : 22 juin 1918 – bénédiction des drapeaux polonais dans le bois de Beaulieu, Aube – photographe – Auguste Goulden.

Messe célébrée dans la cathédrale d'Amiens dont les murs ont été renforcés de sacs de sable pour les protéger des bombardements - 1918
« Vous chanterez alors des cantiques comme en la nuit d’une fête solennelle, et votre cœur sera dans la joie, comme est celui qui va au son des hautbois à la montagne du Seigneur, au temple du Fort d’Israël. »
Isaïe 30, 29.
Photo : messe célébrée dans la cathédrale d’Amiens dont les murs ont été renforcés de sacs de sable pour les protéger des bombardements – 1918.

L’intérieur de la cathédrale d’Amiens, avec des sacs de sable destinés à renforcer le bâtiment contre les obus - 1918
« Je vis le Seigneur assis sur un trône sublime et élevé, et le bas de ses vêtements remplissait le temple. »
Isaïe 6, 1.
Photo : l’intérieur de la cathédrale d’Amiens, avec des sacs de sable destinés à renforcer le bâtiment contre les obus – 1918.

3 réflexions au sujet de « 3 août 1914 – 3 août 2014 : la sainte messe dans la Première Guerre mondiale »

  1. Des photos ô combien impressionnantes et émouvantes. Puisse les peuples d’Europe retrouver cette ferveur, hélas perdue. Merci pour documents de grande valeur. JAM

Laisser un commentaire