La Fête-Dieu à Besançon au XVème siècle (et à Rome au XXIème siècle)

La Fête-Dieu - Bréviaire de Besançon circa 1481Cette miniature de la Fête-Dieu est tirée d’un bréviaire dans le rit de Besançon daté de la seconde partie du XVème siècle, probablement autour de l’année 1481 (Breviarium secundum usum Bisuntinae dioecesis, Bibliothèque de Besançon, Ms. 69, p. 485).

Cette miniature est intéressante car elle présente plusieurs aspects remarquables.

1. On notera que le Corps du Seigneur y est encore porté sur un brancard. De fait, lorsque la procession de la Fête-Dieu fut instituée en 1246 à Liège par l’évêque Robert de Thourotte sur les instances de sainte Julienne de Montcornillon, on prit modèle sur les processions des reliques des saints, qui existaient depuis des lustres, et au cours desquelles on portait les corps des saints dans des châsses, sur des brancards.

2. On remarquera que le Corps du Seigneur est porté sur un calice. Les premières monstrances eucharistiques n’avaient pas en effet la forme de soleil mais de vases ressemblant à des calices ou des pyxides, lesquels servirent également à présenter les reliques de saints à partir du XIIIème à la vénération des fidèles. Les premiers ostensoirs soleils sont attestés néanmoins depuis le XVème siècle, la forme devient commune au XVIIème siècle.

Monstrance eucharistique du Dôme de Milan

Monstrance eucharistique ambrosienne, du trésor du Dôme de Milan, entre 1435 & la fin du XVème siècle.

Reliquaire-monstrance de Sienne datée de 1331

Reliquaire-monstrance de Sienne datée de 1331 (collection du Musée de Cluny)

3. Ici, sur cette miniature du bréviaire de Besançon, nous voyons aussi une construction au dessus du calice/pyxide, en forme de petit ciborium. De telles constructions se rencontraient fréquemment au Moyen-Age pour les tabernacles qui étaient alors suspendus au dessus des autels, forme jadis commune pour conserver la réserve eucharistique, bien avant l’invention des tabernacles fixes. Lors de la procession eucharistique, on entend rendre au Très-Saint Sacrement les honneurs qui lui sont dû d’ordinaire, aussi le ciborium-tabernacle est-il lui aussi porté.

Par la suite, le ciborium fut réuni à la pyxide en une seule pièce d’orfèvrerie. Voici la monstrance eucharistique de Belém, commandée par le roi du Portugal, datant de 1506 et due à l’orfèvre Gil Vicente et qui illustre parfaitement cette mutation :

Monstrance de Belém - Gil Vicente - 1506

4. Le Corps du Seigneur, surmonté du ciborium est ici sur cette miniature franc-comtoise lui-même surmonté d’un dais porté par quatre personnages, dais sur lequel sont tissées les paroles du début d’une prose bien connue au Très-Saint Sacrement : Ave verum Corpus natum de Maria Virgine (Salut, Corps véritable né de la Vierge Marie). Originairement, le dais n’était employé que pour les rois et princes de grande puissance (mais pas pour les reliques des saints lors de processions). Son emploi à la procession de la Fête-Dieu marque donc bien qu’on y accompagne le Roi des rois & le Seigneur des seigneurs.

5. Le Corps du Seigneur est porté sur le brancard par deux prêtres en chasubles. Notons que la rubrique existe toujours que tout prêtre prenant part (sans fonction particulière) à la procession de la Fête-Dieu soit en chasuble. Cette fête est en effet également une fête du sacerdoce. Les couleurs liturgiques ne sont pas encore fixées définitivement au XVème siècle, on ne s’étonnera pas de voir deux chasubles de couleurs différentes, bleu et or. Le tapis posé sur le brancard est lui rouge, ancienne couleur employée pour la Fête-Dieu dans beaucoup d’usages diocésains français. Notons aussi les amicts parés (celui de gauche – or – se détache bien visiblement de la chasuble bleue).

6. Remarquons le petit clerc tonsuré qui sonne deux clochettes pour annoncer la venue du Corps du Seigneur.

7. Notons enfin que tous les fidèles accompagnent le Très-Saint Sacrement en portant des torches (ou cierges). La rubrique existe toujours mais elle n’est hélas plus vraiment observée de nos jours.

Curieusement, cet usage ancien de porter le Très-Saint Sacrement par des prêtres en chasubles s’observe toujours traditionnellement à Rome, en la paroisse de la Très-Sainte-Trinité-des-Pèlerins à Rome desservie par les prêtres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, probablement un cas très rare dans la Chrétienté actuelle. Le Très-Saint Sacrement y est porté par quatre prêtres en chasubles, le dais y est tenu par huit clercs en chapes. En voici une photo :

01-Fête-Dieu à Rome

Laisser un commentaire