Царице моя преблагая – Ma très bonne Reine – une prière de la liturgie byzantine à la Vierge Marie

Царице моя преблагая, надеждо моя Богородице, приятелище сирых и странных предстaтельнице, скорбящих рaдосте, обидимых покровительнице ! Зриши мою беду, зриши мою скорбь, помози ми яко немощну, окорми мя яко стрaнна. Обиду мою веси, разреши ту, яко волиши : яко не имам иныя помощи разве Тебе, ни иныя предстaтельницы, ни благия утешительницы, токмо Тебе, о Богомaти, яко да сохраниши мя и покрыеши во веки веков. Аминь. Ma très bonne Reine, mon espérance, Mère de Dieu, refuge des orphelins et gardienne des pèlerins, joie des affligés, protectrice des méprisés ! Vois ma peine, vois ma douleur, aide-moi car je suis faible, guide-moi car je suis errant. Tu connais mon offense, délivre-m’en, si Tu le veux. Car je n’ai nul autre secours, sinon Toi, ni autre défenderesse, ni bonne consolatrice, sinon Toi, ô Mère de Dieu, car oui ! tu me garderas et tu me protègeras pour les siècles des siècles. Amen.

Dans l’office byzantin russe, il arrive que quelques prières soient chantées non par l’officiant seul ou par le lecteur, mais par l’ensemble du clergé ou le chœur. C’est fréquemment le cas pour cette belle prière à la Vierge Marie, l’une des deux oraisons qui concluent usuellement un Moliebien – ou Office d’actions de grâces – chanté en l’honneur de la Mère de Dieu.

Cette prière est le plus souvent chantée sur un ton dit du Désert de Zozime, tel qu’on peut l’entendre dans l’enregistrement ci-dessus, dû au chœur des moines du Monastère de la Rencontre (Сретенский монастырь) à Moscou (d’autres mélodies sont aussi en usage pour cette prière).

La voici à nouveau sur le même ton, mais chanté par un chœur féminin, celui des moniales du monastère de la Nativité de la Mère de Dieu de Grodno (Biélorussie) :

En voici la partition au format PDF.

Ma très bonne Reine

Laisser un commentaire