Rorate cœli desuper du rit ambrosien

rorate-coeli-ambrosien

R/. Roráte cœli désuper * et nubes pluant justum :
Aperiátur terra, et gérminet Salvatórem.
R/. Répandez, cieux, votre rosée et vous nuées, faites pleuvoir le Juste :
Que la terre s’ouvre et que germe le Sauveur.
1. Erit radix Jesse, qui véniet judicáre gentes : *
in eo gentes sperábunt.
Il sera le rameau de Jessé, celui qui vient juger les nations :
en lui espèreront les peuples. 
(Isaïe XI, 10 & Romains XV, 12)
2. Excita poténtiam tuam et veni, Dómine : *
ut salvos fácias nos.
Réveillez votre puissance et venez, Seigneur :
afin de nous sauver. 
(Psaume LXXIX, 3)
3. Quærite Dóminum et confortámini : *
quærite fáciem ejus semper.
Cherchez le Seigneur et soyez assurés :
cherchez sa face toujours. 
(Psaume CIV, 4)
4. Cánite tuba, fundaménta terræ : *
clamáte, montes, in advéntu Dómini.
Sonnez de la trompette, fondations de la terre :
Criez de joie, montagnes, à la venue du Seigneur.
(Joël II, 1)
5. Dícite fíliæ Sion : *
ecce Salvátor noster véniet cum poténtia.
Dites à la fille de Sion :
Voici que notre Sauveur vient avec puissance. 
(Isaïe LXII, 11)

Source : Liber Vesperalis Ambrosiano, Rome, Société Saint Jean l’Evangéliste, Desclée & associés, 1939, p.873-874.

Ce petit cantique pour l’Avent figure par les Canti varii en annexe du Vespéral ambrosien de 1939 et constitue, avec le génie propre du chant ambrosien, le pendant du Rorate cœli d’origine française des livres romains. Les versets, tirés des prophètes et des psaumes, classiques ornements des beaux offices de l’Avent, sont tirés non de la Vulgate de saint Jérôme, mais de la vieille Vetus Itala, la primitive version latine de la Bible dans sa version restée en usage à Milan.

Laisser un commentaire