Programme de la messe de minuit

Saint-Eugène, le jeudi 24 décembre 2015, veillée de 23h30, grand’messe de minuit.

C’est pourquoi, mes bien-aimés, rendons grâces à Dieu le Père, par son Fils, dans le Saint-Esprit : de ce que, « nous ayant aimés dans son infinie charité, il a eu pitié de nous, et comme nous étions morts par les péchés, il nous a vivifiés tous en Jésus-Christ », afin que nous fussions en lui une nouvelle créature et un ouvrage nouveau. « Dépouillons donc le vieil homme avec ses œuvres » ; et, admis à participer à la naissance du Christ, renonçons aux œuvres de la chair. Reconnais, ô Chrétien, ta dignité, et, « devenu participant de la nature divine », garde-toi de retomber, par une conduite indigne de cette grandeur, dans ta bassesse première. Souviens-toi de quel chef et de quel corps tu es membre. N’oublie jamais, « qu’arraché à la puissance des ténèbres », tu as été transporté à la lumière et au royaume de Dieu.
Sermon de saint Léon, pape, VIème leçon des vigiles nocturnes de Noël, au second nocturne.

VEILLEE DE NOEL

  • « Symphonie » sur les Noëls organisée en manière de suite – d’après les mises en musiques des vieux noëls français par Michel-Richard de Lalande (1657 † 1726), Marc-Antoine Charpentier (c. 1645 † 1704), Michel Corette (1709 † 1759), Jean-François d’Andrieu (1682 † 1738) et Claude-Bénigne Balbastre (1727 † 1799) – textes traditionnels et de l’Abbé Simon-Joseph Pellegrin (1663 + 1745) – arrangements, adaptations et harmonisations : Henri de Villiers (2001)
    1. Ouverture de la Simphonie de Noël de Michel-Richard de Lalande, laquelle se jouait tous les ans à la chapelle royale du Château de Versailles avant la messe de Minuit
    2. Premier noël : Où s’en vont ces gais bergers – noël du XVIème siècle
    3. Second noël : Joseph est bien marié – noël de Champagne et de Bourgogne, du XVIème siècle
    4. Troisième noël : Or nous dites Marie – noël du XVème siècle
    5. Quatrième noël : Silence, ciel, silence, terre – noël de Normandie, du XVIIIème siècle

A MINUIT – PROCESSION A LA CRECHE

  • Minuit chrétien – Texte de Placide Cappeau (1808 † 1877), musique d’Adolphe Adam (1803 † 1856)

  • Chant de l’évangile de la généalogie du Christ selon Matthieu
  • Procession vers l’autel : Les Anges dans nos campagnes – noël du Lanquedoc du XIXème siècle

MESSE DE MINUIT

  • Kyrie de la Messe de Minuit pour Noël (H. 9) de Marc-Antoine Charpentier (1643 † 1704) maître de la musique de la Sainte Chapelle
    Kyrie sur le vieux noël « Joseph est bien marié »
    Christe sur le vieux noël « Or nous dites Marie »
    Kyrie sur le vieux noël « Une jeune pucelle de noble cœur »
  • Gloria de la Messe de Minuit pour Noël (H. 9) de Marc-Antoine Charpentier
    Laudamus te sur le vieux noël « Tous les bourgeois de Chastre »
    Quoniam tu solus sanctus sur le vieux noël « Où s’en vont ces gays bergers »
  • Credo III
  • Et incarnatus : de la Messe de Minuit pour Noël de Marc-Antoine Charpentier (1643 † 1704), maître de la musique de Marie de Lorraine, duchesse de Guise, du Dauphin, fils de Louis XIV et de la Sainte Chapelle
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Tollite hostias, chœur final de l’Oratorio de Noël de Camille Saint-Saëns (1835 † 1921), organiste de La Madeleine
  • Après la Consécration : O salutaris sur le vieux noël « A la venue de Noël » – Henri de Villiers
  • Pendant la communion : Adeste fideles – cantique du XVIIIème siècle, harmonisation de Nicolas Vardon
  • Ite missa est VIII
  • Au dernier Evangile : Alma Redemptoris Mater
  • Procession de sortie : Il est né le divin enfant – Noël du XIXème siècle, sur une sonnerie du XVIIIème siècle – harmonisation de Maxime Kovalevsky (1903 † 1988), maître de chapelle à Paris
  • Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Enregistrement & photos : sainte messe de la fête de sainte Cécile

    (Un soucis technique a hélas interrompu l’enregistrement vers la fin du sermon de M. l’Abbé Iborra ; celui-ci n’a repris qu’au cours de la communion).

    Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Téléchargez les partitions chantées au cours de cette messe & présentes dans cet enregistrement :

    Les fichiers MP3 sont téléchargeables ici.

    En cette fête de sainte Cécile 2015, patronne des musiciens, patronne de notre paroisse et de notre chœur, la Schola Sainte Cécile chanta la Messe à 4 chœurs de Marc-Antoine Charpentier, œuvre majeure de ce compositeur du Grand Siècle français, les choristes et instrumentistes étant répartis dans 4 tribunes de l’église. Voici quelques photos de cette très belle messe solennelle :

    18 - Ite missa est du diacre - Sainte Cécile 2015

    Merci à Fanny B. pour ses très belles photos.

    Programme de la fête de sainte Cécile, Vierge & Martyre, patronne de la paroisse, de notre schola & des musiciens

    Sainte Cécile par Jacques BlanchardSaint-Eugène, le dimanche 22 novembre 2015, grand’messe de 11h. IIndes vêpres solennelles à 17h30, suivies du salut du Très-Saint Sacrement.

    Sainte Cécile est l’une des plus illustres parmi les vierges-martyres de Rome. C’est à la fin du IIIème siècle qu’elle joignit à la couronne des vierges celle des martyrs. Mariée de force au païen Valérien, elle le convertit à la foi véritable ainsi que son beau-frère Tiburce. Les Actes de sainte Cécile nous rapportent que le jour de son mariage forcé, tandis que résonnait la musique païenne des noces, Cécile chantait en son cœur une hymne au Christ, le priant de la garder immaculée. Pour cette raison Cécile est devenue patronne des musiciens. Valérien, Tiburce et Cécile recevront tous les trois la palme du martyre, proclamant jusque dans leur mort leur fidélité au Christ Rédempteur. Cécile fut ébouillantée, puis reçut les trois coups de glaives légaux, auxquels elle survivra néanmoins trois jours encore, agonisant péniblement dans sa maison qu’elle laissa en héritage au Pape Urbain ; plus tard cette maison fut dédicacée comme église un 22 novembre, et placée sous son patronage. En octobre 1599, lorsque, sous les ordres du cardinal Sfondate, on y ouvrit le sarcophage de la sainte, son corps était encore intact. Le nom de sainte Cécile figure au Canon de la Messe romaine.

    Pour fêter notre patronne, la Schola Sainte Cécile interprète cette année la Messe à 4 chœurs (à 16 voix, instruments, et basse continue) de Marc-Antoine Charpentier, l’un des chefs d’œuvre de ce maître du Grand Siècle.

    Enregistrement : sainte messe de la Pentecôte

    Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Téléchargez les partitions chantées au cours de cette messe & présentes dans cet enregistrement :

    Les fichiers MP3 sont téléchargeables ici.

    La Pentecôte - Sacro Monte de Varese - Italie

    Marc-Antoine Charpentier – Veni Creator pour un dessus seul pour le catéchisme (H. 70)

    Marc-Antoine Charpentier (1643 † 1704), maître de la musique de Marie de Lorraine, duchesse de Guise, du Dauphin, fils de Louis XIV, des Jésuites & de la Sainte Chapelle.
    Veni Creator pour un dessus seul pour le catéchisme (H. 70)
    1 voix (S) & basse continue.
    1 page.

    Ce Veni Creator à voix seule fait partie d’un ensemble de compositions de Marc-Antoine Charpentier destinées à être chantées lors des pauses des leçons de catéchisme. L’insertion de chants facile à mémoriser dans les catéchismes avait été promue dès le début du XVIIème siècle par les Pères de la Doctrine chrétienne, rapidement suivis par les Jésuites. La simplicité de l’air écrit par Charpentier (propre à être chanté par des enfants) n’exclue pourtant pas une grâce & une élégance certaines.

    Charpentier utilise le ton de mi mineur (« efféminé, amoureux & plaintif » selon le tableau des énergie des modes de Charpentier) pour cette hymne du Saint-Esprit, propre à représenter les soupirs de l’âme désirant la venue du Paraclet. Nous fournissons la partition dans quatre tonalités différentes : mi mineur (ton original), ré mineur, do mineur & si mineur.

    Voici le texte ancien de cette hymne, en usage en France jusqu’au début du XXème siècle  :

    Veni Creátor Spíritus,
    Mentes tuórum vísita,
    Imple supérna grátia
    Quæ tu creásti péctora.
    Viens, Esprit Créateur,
    Visite les âmes des tiens,
    Emplis de la grâce d’en-haut
    Les cœurs que tu as créés.
    Qui Paráclitus díceris,
    Donum Dei altíssimi,
    Fons vivus, ignis, cáritas,
    Et spiritális únctio.
    Toi qui est dit le Paraclet,
    Don du Dieu Très-Haut,
    Source vive, feu, amour,
    Et spirituelle onction.
    Tu septifórmis múnere,
    Dextræ Dei tu dígitus,
    Tu rite promíssum Patris,
    Sermóne ditans gúttura.
    Tu est l’Esprit aux sept dons,
    Le doigt de la dextre de Dieu,
    L’Esprit promis par le Père,
    Qui inspire nos paroles.
    Accénde lumen sénsibus,
    Infúnd(e) amórem córdibus,
    Infírma nostri córporis
    Virtúte firmans pérpeti.
    Allume en nos sens ta lumière,
    Déverse ton amour en nos cœurs,
    Guéris nos corps
    En leur conférant ta force.
    Hostem repéllas lóngius,
    Pacémque dones prótinus :
    Ductóre sic te prævio
    Vitémus omne nóxium.
    Repousse l’ennemi au loin,
    Et donne-nous la paix bien vite ;
    Sous ta conduite & ton conseil
    Nous éviterons tout danger.
    Per te sciámus da Patrem,
    Noscámus atque Fílium,
    Te utriúsque Spíritum
    Credámus omni témpore.
    Donne-nous par toi de connaître le Père,
    Que nous connaissions aussi le Fils ;
    Et qu’en toi, leur commun Esprit
    Nous croyions en tout temps.
    Glória Patri Dómino,
    Natóque qui a mórtuis
    Surréxit, ac Paráclito,
    In sæculórum sæcula. Amen.
    Gloire au Seigneur : au Père
    Et au Fils, qui des morts
    Est ressuscité, et au Paraclet,
    Dans les siècles des siècles. Amen.

    Hors du temps pascal, la doxologie finale devient :

    Sit laus Patri cum Fílio,
    Sancto simul Paráclito,
    Nobísque mittat Fílius
    Charísma Sancti Spíritus. Amen.

    Louange soit au Père & au Fils,
    De même qu’au Saint Paraclet,
    Et que le Fils nous envoie
    Les charismes du Saint-Esprit. Amen.

    Les premières mesures de la partition :

    Marc-Antoine Charpentier - Veni Creator pour un dessus seul pour le catéchisme (H. 70)

    Téléchargez la partition moyennant un « Like » sur l’un des réseaux sociaux ci-dessous. Le lien apparaîtra ensuite.

    [pwal id= »70838711″ description= »Marc-Antoine Charpentier – Veni Creator pour un dessus seul pour le catéchisme (H. 70) »]Cliquer sur ce lien pour ouvrir & télécharger la partition en fichier PDF : tonalité de mi mineur (ton originel).

    Cliquer sur ce lien pour ouvrir & télécharger la partition en fichier PDF : tonalité de ré mineur.

    Cliquer sur ce lien pour ouvrir & télécharger la partition en fichier PDF : tonalité d’ut mineur.

    Cliquer sur ce lien pour ouvrir & télécharger la partition en fichier PDF : tonalité de si mineur.[/pwal]

    Enregistrement : sainte messe du dimanche de la Passion

    L’enregistrement complet de cette messe :

    Sermon de M. l’Abbé Faure, curé :

    Le maître-autel de Saint-Eugène paré pour le temps de la passion - 2014

    Télécharger le livret de cette messe au format PDF.

    Téléchargez les partitions de cette messe :

    Les fichiers MP3 sont téléchargeables ici.

    Les vidéos YouTube de ce dimanche :

    Kovalevsky – Les étendards du roi s’avancent

    Charpentier – Stabat Mater

    Programme du dimanche de la Passion

    CanonPontifical-CrucifixionSaint-Eugène, le dimanche 6 avril 2014, grand’messe de 11h.
    (Répétition samedi 5 avril à 18h, précédée du chant des vêpres de la Vierge à 17h40)

    Avec les premières vêpres de ce dimanche, nous entrons dans le temps de la Passion. La première partie du Carême avait jusqu’alors été surtout consacrée à notre ascèse personnelle, à la contrition de nos péchés. Désormais, le rit romain nous fait méditer sur la Passion & sur la Croix de notre Seigneur. Ce deuil où nous pleurons l’Epoux divin est marqué par un symbole très fort : à compter des premières vêpres de ce dimanche, les saintes images et les croix sont désormais voilées de violet, en signe de deuil. Les derniers chants joyeux de la messe cessent de se faire entendre : le Gloria Patri disparaît à l’Introït, au Lavabo et dans les répons de l’Office divin. De même, le psaume 42 des prières au bas de l’autel n’est plus récité jusqu’à Pâques. Dans les leçons des vigiles nocturnes, on quitte la lecture des livres de Moïse pour prendre celle du prophète Jérémie, l’une des plus importantes figures du Messie souffrant. L’admirable texte du chapitre IX de l’épître aux Hébreux qui est lu à la messe de ce dimanche est commun au rits romain & byzantin : il s’agit d’une parfaite préface au temps de la Passion.

    A Rome, la station se fait en la basilique Saint-Pierre : l’importance de ce dimanche, qui ne cède la place à aucune fête, quelque solennelle qu’elle soit, demandait que la réunion des fidèles eût lieu dans l’un des plus augustes sanctuaires de la ville sainte.

    Notons une belle particularité en ce dimanche dans l’ancien rit parisien : au début de la communion, le prêtre présentait au peuple la sainte hostie tout en entonnant – exceptionnellement – l’antienne de communion « Hoc corpus, * quod pro vobis tradetur ». Ce rite particulier à ce dimanche s’observait aussi dans de nombreux autres diocèses français au Moyen-Age.

    « Nous n’ignorons pas, mes bien-aimés, que le mystère pascal occupe le premier rang parmi toutes les solennités chrétiennes. Notre manière de vivre durant l’année tout entière doit, il est vrai, par la réforme de nos mœurs, nous disposer à le célébrer d’une manière digne et convenable ; mais les jours présents exigent au plus haut degré notre dévotion, car nous savons qu’ils sont proches de celui où nous célébrons le mystère très sublime de la divine miséricorde. C’est avec raison et par l’inspiration de l’Esprit-Saint, que les saints Apôtres ont ordonné pour ces jours des jeûnes plus austères, afin que par une participation commune à la croix du Christ, nous fassions, nous aussi, quelque chose qui nous unisse à ce qu’il a fait pour nous. Comme le dit l’Apôtre : « Si nous souffrons avec lui, nous serons glorifiés avec lui. » Là où il y a participation à la passion du Seigneur, on peut regarder comme certaine et assurée l’attente du bonheur qu’il a promis. »
    Homélie de saint Léon, pape, IVème leçon des vigiles nocturnes de ce dimanche, au second nocturne.

     

  • Procession d’entrée : Les étendards du roi s’avancent, traduction versifiée du Vexilla Regis prodeunt – harmonisation du plain-chant traditionnel par Maxime Kovalevsky (1903 † 1988), maître de chapelle à Paris
  • Kyrie XVII – Kyrie Salve
  • Epître : Hébreux IX, 11-14 : Il y est entré, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, nous ayant acquis une rédemption éternelle.
  • Trait : Faux-bourdon du 8ème ton à l’usage de l’Eglise de Paris (édition de 1739)
  • Evangile : Jean VIII, 46-59 : En vérité, en vérité je vous le dis : si quelqu’un garde ma parole, il ne mourra jamais.
  • Credo I
  • Pendant les encensements de l’offertoire : Vexilla Regis prodeunt – hymne du temps de la Passion, composé au VIème siècle par Saint Venance Fortunat lors de la susception à Poitiers des reliques de la vraie Croix par la reine de France Sainte Radegonde – mise en polyphonie d’Anthoine de Bertrand (1530 † 1581)
  • Sanctus XV
  • Après la Consécration : O Salutaris sur le ton de Vexilla Regis prodeunt, d’après Antoine de Bertrand
  • Agnus Dei XV
  • Pendant la communion : Stabat Mater pour des religieuses (H. 15) de Marc-Antoine Charpentier (1643 † 1704), maître de la Sainte Chapelle – complainte de la Très Sainte Vierge au pied de la Croix du Sauveur – texte de Jacques de Todi († 1306)
  • Prière pour la France – faux-bourdon parisien du VIIIème ton (édition de 1739)
  • Ite missa est XV
  • Au dernier Evangile : Ave Regina cœlorum
  • Procession de sortie : Au sang qu’un Dieu va répandre – cantique sur un texte de François de Salignac de La Mothe-Fénelon (1651 † 1715), archevêque de Cambrai, de l’Académie française – mélodie d’Amédée Gastoué – harmonisation Henri de Villiers
  • Télécharger le livret de cette messe au format PDF.